Les Formations Médias Audiovisuels et Web Journalisme

3.1. Initiation : Nouveaux médias, nouvelle donne (2J) 

  • Le journalisme à l’ère du numérique 
  • Les bouleversements créés par Internet,
  • Rôle et avenir du journalisme,
  • Les modèles économiques de la presse en ligne.
  • Comprendre et utiliser les outils du numérique
  • Veille et recherche d’information sur le Web,
  • Moteurs de recherche. Base de données,
  • Outils : veilles sémantiques, flux RSS, aspirateurs de site, médias et réseaux sociaux,
  • Vérification et validation des informations trouvées sur le Web. Identification et évaluation de la crédibilité d’un producteur de contenus,
  • Contextualisation et recoupement de l’information,
  • Authentification d’une image, d’une vidéo,
  • Repérage des fake news.
  • Diffuser les informations en ligne
  • Gérer sa présence sur les médias sociaux : spécificités et utilisation pour les journalistes
  • Les principes de la rédaction pour le Web et les réseaux sociaux
  • Les différentes mises en scène de l’information

3.2. Initiation :  Le journalisme radio et télévision (3j)

  • JOUR 1: LA RADIO

Présentation des formateurs et des participants, les attentes, les objectifs de la session, rappel du « contrat » (horaires, participation, réponses aux interrogations…)

  • Le choix d’un angle en radio
  • Définition du mot (synonyme de regard, donc pas objectif, mais la subjectivité n’empêche pas l’honnêteté)
  • Les spécificités de l’angle en radio (la durée du sujet, le degré de fraîcheur de l’info, un média de masse…)

Exercices :
Rédaction du lancement d’un sujet actu (le lancement, c’est l’expression de l’angle à son premier auditeur : le présentateur)

  • Pour un journal et sujet court
  • Pour un magazine
  • Les règles de l’écriture radio :
  • Écrire pour dire.
    Rappel de quelques éléments clés :

On parle aux auditeurs, qui ne sont pas des lecteurs. Conséquences : ces derniers ne peuvent revenir en arrière, relire un passage mal compris. La simplicité s’impose donc. Notamment sur la forme.

L’auditeur n’est généralement pas « pendu » à la radio, il fait souvent autre chose en même temps : il faut donc trouver les moyens d’attirer son attention.

On s’adresse à un grand nombre de personnes, mais l’auditeur est seul à écouter  en général, pas la peine de « déclamer » comme devant un groupe, mieux vaut « converser » comme avec un proche.

La radio est un média de masse: le journaliste doit parler à tous les auditeurs , MAIS toujours se faire comprendre du plus modeste, du moins instruit.

  • La règle des 5 W

Exercices :

  • Écoute critique d’un sujet journal Radio (dans l’actu du moment)
  • Rédaction d’un sujet 1’ (actu internationale du moment) par groupes de 2 ou 3 stagiaires.

Retour sur :

L’indispensable maîtrise du sujet, ce qui permet :

  • Le tri dans les infos
  • De raconter une histoire
  • Le choix de l’angle

Ce qui n’est pas le commentaire :

  • Sons d’ambiance, Itw, musique sont aussi des éléments d’informations et aident à raconter l’histoire.
  • Éviter d’accumuler des chiffres, l’auditeur oublie…
  • Phrases courtes (ça permet de respirer et d’être simple) et au présent de l’indicatif  si possible (ça renforce la présence).
  • Le lancement des ITW : c’est le moment de présenter celui ou celle qui parle, pas de dire de quoi il va parler !

Exercices :

Rédaction d’un sujet « société » 1’30 (actu du moment) avec ITW ( entre stagiaires!) par groupes de deux.

Écoute critique. Insister sur 2 éléments :

  • La voix et la respiration (poser sa voix, respirer à son rythme)
  • Le respect des convictions des auditeurs ne signifie pas de prendre parti, mais parfois de faire œuvre pédagogique.
  • JOUR 2 : LA TÉLÉVISION
  • Différences radio/TV…
  • L’image commande.
  • Pas de place à l’imagination du téléspectateur contrairement à l’auditeur.
  • Le commentaire dépend entièrement de l’image ce qui signifie qu’il doit s’adapter à la fois à elle, mais aussi au téléspectateur et ne pas « répéter » ce que voit le téléspectateur.
  • Derrière la caméra :
  • Commentaires sur images :

Exercices :

  • Rédaction du commentaire sur des images muettes (sujet d’une minute).
  • Visionnage critique.
  • Insister sur les informations contenues dans les images et les sons à ne pas répéter dans le commentaire.
  • Revenir sur points communs avec radio (pose de la voix, respiration, phrases courtes, exigences du média de masse).
  • Le choix du chapô, la fin ouverte, le rôle de la ponctuation (elle s’entend!!)
  • Aborder brièvement le rôle du montage et du mixage.
  • Devant la caméra :

Plateau en situation : Justification, durée, décor, gestuelle. 

Exercices :

Visionnage critique de 2 exemples (France 2 ou TF1, TV 5 Monde)

  • Plateau en studio
  • Distinguer les différences de rôles (présentateur, animateur, expert)
  • Insister sur la gestuelle, l’aspect physique, l’élocution, le comportement face caméra.

Exercices :

  • Réalisation plateaux 1’ (alterner les rôles)
  • Visionnage critique.

JOUR 3 : L’INTERVIEW

°°° Une séquence commune à la TV et à la Radio.

  • Préparation :
  • Contact préalable avec l’interviewé (sur place ou au téléphone) . Toujours réserver un moment d’échange avant l’ITW (ça permet de mettre à l’aise, de cerner un peu la personnalité et donc d’adapter questions et comportement).
  • La préparation des questions doit répondre à deux objectifs apparemment contradictoires : définir l’angle et éviter tout préjugé.

Exercices :

  • Rédaction des questions pour une itw de 1’ (sujet en liaison avec l’actu du moment).
  • Critique collective.
  • Réalisation :
  • Mettre à l’aise la personne (plaisanteries, discussion à bâtons rompus),
  • Tenir compte de la personnalité : timide ou habitué aux médias,
  • Aider à trouver la bonne posture physique (surtout en TV) .

Exercices :

  • Jeu de rôles pour une 1’ d’ITW.
  • Critiques collectives.
  • Insister sur :

– Les relances (éviter les tunnels, recentrer la question, obtenir une réponse précise).

– L’alternance questions ouvertes ou fermées

– Éviter le journalisme douanier (qu’avez-vous à déclarer?)

– Pas de questions qui contiennent déjà la réponse

– Penser au montage (sauf si direct) (qui permet de resserrer le propos, de découper les réponses…)

  • Le bilan du module, le jeu questions/réponses stagiaires-formateurs.

3.3. La pratique du journalisme radio (niveau 1)

Objectifs

Permettre aux stagiaires de gagner en pertinence dans le traitement de l’information dans le cadre spécifique de la radio : maîtriser la prise de sons (enregistreur numérique type zoom H2) et un logiciel de montage numérique.

– Utiliser les différentes techniques de restitution de l’information (enrobés, papier d’analyse, interview, brèves, tout sonore).

Travailler la voix (écrire pour raconter, posture face au micro, techniques de respiration).

– Présenter un journal de 15 minutes en fin de stage. Aborder l’animation d’une tranche horaire d’informations.

La temporalité de l’information

– Savoir trier et hiérarchiser l’information en fonction de sa temporalité.

– Inscrire un flash ou un journal dans le flux informationnel : traiter ce qui vient de se passer ou qui va bientôt arriver, réactualiser une information déjà donnée, écrire son journal en fonction de cette réactualisation (démarrer par ce qui ne variera pas, finir par ce qui est susceptible de changer…) 

L’écriture radio

– Techniques d’écriture, découpage des sons, ton et rythme de la voix.

– Savoir gérer un angle dans un reportage radio.

– Alterner sons d’ambiance, interview, commentaires.

– Écrire un papier d’analyse.

– Mener puis « dérusher » une interview.

– Travailler sur un tout sonore.

– Écriture d’un lancement, d’un pied, d’une boucle-titres. 

Le montage

Maîtriser le logiciel « open source Audacity », appréhender le multipiste. 

3.4. La pratique du journalisme  « radio » : journalisme, débats et animation (niveau 2)

Jour 1.

Matin (8h00-12h00) : Accueil et installation des  participants : présentation du programme + pratique du journalisme dans ma radio depuis la session n°1, attentes de la session 2. Écoute critique du journal de la session 1, des « mags » réalisés entretemps par les stagiaires, d’émissions interactives d’autres pays.

Après-midi (13h00-16-00) : Dérapages les plus fréquents des émissions interactives. Avantages et inconvénients de l’interactivité en radio. Interactivité, travail d’équipe (animateur et technicien). Réunion de programmation : rappel des différences entre sujet et angle). Choix du sujet et de l’angle pour l’émission de 30 mn à réaliser tous ensemble jeudi après-midi + angles des différents formats journalistiques à diffuser pendant l’émission + répartition des rôles + des 2 invités, des sources/lieux sur le terrain + plan général de l’émission

Jour 2.

Matin (8h00-12h00) : Différents outils/supports d’interactivité. Rappels de différents formats, conseils recherche d’infos/documentation/questions sur leurs sources par les participants. Prise de RDV.

Après-midi (13h00-16-00) : Jeu de rôles sur l’ITW (sources à rencontrer le lendemain). Conseils prise de son. 

Jour 3. 

Matin (8h00-12h00) : TERRAIN avec les formateurs

Après-midi (13h00-16-00) : Débriefing TERRAIN et adaptation du plan général de l’émission et des plans de montage + sauvegarde des sons 

Jour 4.

Matin (8h00-12h00) : Rappel règles montage et écriture radio/lancement. Finalisation de tous les montages. Rédaction des lancements par chaque équipe de reporters et des autres textes par le tandem de présentateurs + du conducteur général de l’émission.

Après-midi (13h00-16-00) : STUDIO (tests techniques, matériel nécessaire dans les stations) :  travail sur la voix, diction, respiration. Gestion du stress, du temps, des invités, des auditeurs (exemple et contre-exemples d’émissions interactives d’autres pays)

Jour 5.

Matin (8h00-12h00) : STUDIO : simulation/répétition générale de l’émission (avec des participants pour jouer les rôles des invités et des éventuels auditeurs). Débrief.

Après-midi (13h00-16-00) : STUDIO : filage puis enregistrement de l’émission interactive de 30 mn avec 2 invités. Conseils de restitution aux directeurs : émissions interactives rapportent 

Jour 6, jusqu’à midi. Questionnaire d’évaluation de fin, puis tour de table bilan des formateurs. 

3.5. La pratique du journalisme TV : . Les fondamentaux du journalisme télévisé. (niveau 1) 

1° journée : Rappel des fondamentaux du métier de journaliste.

Règles de base du journalisme télévisé identiques aux autres médias : rigueur (règle des 5W), recherche de la vérité (respect des faits), honnêteté (et refus de la corruption), hiérarchisation de l’information.
Les sources d’images : reportages, archives, échanges internationaux, agences d’images, images fournies par institutions et entreprises, images « officielles ».
– L’utilisation des images : le sens des images (sont-elles le reflet de la vérité, comment les interpréter, comment les décrypter, que peut-on leur faire dire ?). – – Les problèmes du montage. Exemples de manipulations d’images et déontologie des images.

 

2° journée : La réalisation d’un reportage.

Journée consacrée au choix d’un sujet, à la recherche d’un angle, aux contacts, au tournage, au

« dérushage » et au montage (soit éléments théoriques, soit montage réel si moyens

disponibles).

 

3° journée : L’écriture télévisuelle et le langage parlé.

Comment écrire un commentaire sur images. Le style parlé. Savoir poser sa voix. Faire un

plateau en direct.

 

4° journée : La pratique de l’interview (ITV).

L’ITV enregistrée dans un reportage : le choix du bon interlocuteur et des bonnes questions.

L’ITV en direct dans une émission ou un journal. Animation d’un débat télévisé : comment

organiser le « plateau » et gérer les débats.

 

5° journée : Préparer et présenter un journal télévisé.

La réalisation d’un « conducteur » (ou « chemin de fer »). Le choix des sujets, leur hiérarchisation, leur durée. L’écriture des textes de présentation. Enregistrement des JT par les stagiaires (à partir de sujets d’archives).

 

3.4. La pratique du  Journalisme télévisé, perfectionnement (niveau2) .

Jour 1. Bilan d’une année d’expérience professionnelle des stagiaires. Si possible, visionnage, écoute ou lecture de leurs travaux dans leur rédaction. Leurs attentes. Rappel des spécificités du journalisme télévisé. Évaluation prise de parole et  comportement  devant une caméra.

Jour 2.

Matin : maîtrise de l’interview en studio et en extérieur (simulations).

Après-midi : interviews réelles en extérieur. Si possible, montage simple des ITV.

Jour 3. 

Matin : préparer et animer un débat en studio. Enregistrement (jeux de rôles des stagiaires). Après-midi : préparation d’un « direct » en extérieur (choix du sujet, lieux, contacts, repérage).

Jour 4.

Matin : tournage des « directs » préparés la veille.

Après-midi : critique des « directs ». Conférence de rédaction pour le conducteur des flashs du lendemain.

Jour 5. Écriture et enregistrement des flashs d’information

Jour 6, jusqu’à midi

Présentation, lors de la clôture de la formation, d’une sélection des flashs d’information enregistrés par les stagiaires. Bilan, évaluation de la formation remise des diplômes

3.6. Le journalisme à l’heure d’Internet et des réseaux sociaux (1) 

  • L’explosion de l’internet et ses conséquences sur l’information
    • La multiplication des sources d’information, l’instantanéité, la spontanéité, l’anarchie informative
    • La désinformation organisée
    • Vers des « multimédias »
  • Menaces sur le journalisme professionnel
    • La difficulté de monétiser l’information et son traitement professionnel
    • Le mélange des genres commerce/information
      (brand content et autres procédés de publi-information)
  • La nouvelle donne journalistique
    • Le nouveau temps de l’information et les rythmes journalistiques
    • Donner de la place aux collaborations non professionnelles (UGC)

(+ usage des commentaires) – (quelle valeur ajoutée ?)

  • De Wikileaks à Snowden : lanceurs d’alerte et data journalisme
  • L’usage des réseaux sociaux pour informer et s’informer

Internet et les fondamentaux du journalisme

  • Les fondamentaux du journalisme
    • Curiosité et scepticisme
    • Croiser les sources (institutions, groupements d’intérêts, individus, etc.)
    • Enquêter et vérifier l’information
    • Déontologie et indépendance politique, économique, etc.
    • Déontologie et respect des droits (droit de réponse, rectification, anonymat…) et des lois sur la presse
  • Des fondamentaux menacés…
    • L’accélération du rythme de l’information
    • La course aux clics
    • Info et intox à foison
    • Les vagues de licenciements dans les rédactions
      (crise structurelle et crise conjoncturelle).
  • Des fondamentaux renforcés
    • Des capacités d’investigation décuplées
    • Des terrains d’enquêtes nouveaux : les datas
    • Des collaborations fructueuses : ICIJ et autres
    • Des outils de vérification précieux
      (aspect archivage, accès aux rapports, etc.)

Zoom sur une vraie/fausse innovation : le fact-checking

  • Une fausse innovation
    • Issue du journalisme de presse magazine des années 1920
    • Solidement ancrée dans l’histoire du journalisme américain
    • La distinction faits vs commentaires
  • Une vraie innovation
    • Une renaissance aux États-Unis au début des années 2000
    • Vérifier la parole politique et la contredire
    • « Debunker » les rumeurs sur les réseaux sociaux
  • Des acteurs à connaître
    • Des médias fact-checkeurs pure-players ou non (AfricaCheck)
    • Un réseau international : l’IFCN
    • Un site-école : FactoScope

Informer avec Internet : techniques de production de « contenus »

  • La complémentarité des supports de l’information (papier, web, radio, tv)
    • Des rythmes d’information différents
    • Des rythmes de lecture différents
    • Des modes de traitement différents
  • A la recherche de la valorisation, de la plus-value de l’information
    • Le bâtonnage, toujours d’actualité
    • Le risque du réchauffé
    • L’accès direct à une information et des rubriques sur-mesure
      (selon les centres d’intérêt du lecteur)
    • Une info ciblée ou originale, sinon rien
  • Les atouts des « bons » sites Internet
    • Classement des sites en France
    • Classement des sites du pays(ou panorama)
    • Les atouts : actualisation, lisibilité, navigation, multimédia, liens…)
  • Écrire pour le web
    • La loi de proximité sur le papier comme le web
    • La pyramide inversée sur le papier comme le web
    • Écrire différemment et écrire pour le référencement (SEO)
    • Penser à l’archivage : mon article pourra être lu dans six mois
    • Enrichir ses contenus : liens, photos, vidéos, documents…
  • Écrire avec les réseaux sociaux
    • Valoriser ses contenus via FB, Twitter (+ LinkedIn)
    • Atelier FB (compte, page, etc.)
    • Atelier Twitter

 

  • MÉTHODE DE TRAVAIL

Ces enseignements se feront en interaction avec les stagiaires et permettront d’échanger sur leurs propres pratiques ; les enseignements théoriques alterneront avec des travaux dirigés.

3.7. Formation au Web journalisme (2) 

Méthode de travail : L’enseignement et les travaux dirigés alterneront.

  • La fonction des journalistes
    • L’explosion de l’internet et ses conséquences sur l’information
      • La multiplication des sources d’information, l’instantanéité, la spontanéité, l’anarchie informative
      • Les tentatives d’organiser l’information spontanée OhmyNews, le journalisme citoyen
      • La désinformation organisée
      • De Wikileaks à Snowden, les chiens de garde de l’info
      • Les sites professionnels d’information, la place des journalistes
    • Menaces sur le journalisme professionnel
      • La difficulté de monétiser l’information et son traitement professionnel
      • Le mélange des genres commerce/information
      • Les pressions sur les journalistes à travers le monde
    • La nouvelle donne journalistique
      • Le nouveau temps de l’information et les rythmes journalistiques
      • Informer de façon interactive
      • Donner de la place aux collaborations non professionnelles
      • Quelle valeur ajoutée
    • Quelques rappels des fondamentaux du journalisme
      • Curiosité et scepticisme
        • Les enquêtes journalistiques qui ont, un peu, changé le cours de l’histoire
        • Le rôle des journalistes porte-parole de leur public face à la langue de bois institutionnelle (discerner le vrai du faux, vérifier les affirmations) le droit de suite de l’interviewer…
      • L’Indépendance
        • Résister aux pressions, tout en acceptant les retours de flamme
        • Indépendance politique et indépendance financière (quelques études de cas, à propos du traitement des pressions)
      • La vérification
        • L’enquête sur le terrain
        • Connaître et évaluer ses sources
          • Institutions
          • Groupements d’intérêt (associations, syndicats, consommateurs, familles etc.)
          • Individus
          • Le contrôle de l’authenticité des sources
          • Croiser des sources indépendantes les unes des autres
        • Utiliser internet pour la vérification
        • Si c’est publié c’est que c’est vrai ?
      • Le respect des libertés
        • Mettre en cause mais donner la parole
        • Accepter de rectifier les erreurs
        • Respecter anonymat et vie privée
      • Le respect des lois (la législation sur le droit de la presse)
    • Quelle complémentarité entre les médias ?
      • Papier vs Web, Web vs Papier, ou Papier + Web ?
        • Des rythmes d’information différents
        • Des rythmes de lecture différents
        • Des modes de traitement différents
        • Des ouvertures documentaires différentes
      • Quelle télévision sur internet ?
        • Internet peut-il remplacer le broadcast ?
        • Des formats différents pour des rythmes et des situations de consommation différents
        • Des exigences techniques différentes
        • Une accélération de la convergence. Très haut débit internet et télévision interactive connectée
      • Le public a changé
        • Temps de lecture papier/internet
        • Heures de consommation du journal papier, de la télévision, de l’internet
        • Le paradoxe internet : des milliards d’informations plus ou moins crédibles, un mélange d’informations et de propagandes, mais une infinité de moyens de vérification-recoupement.
        • Le public est de plus en plus pressé
          • Lecture en F
          • Zapping
        • Le public est de plus en plus exigeant :
          • Réactivité : pas d’infos réchauffées
          • Originalité : ne pas relire sur papier ce qu’on a déjà entendu à la télé ou lu sur internet.
          • Sélectivité : je lis ce qui me plait où cela me plait.
          • Fiabilité : si un canal d’information est pris en défaut, je passe à un autre
          • Interactivité : j’ai moi aussi mon mot à dire, je critique, je commente, je débats, et mon avis doit compter.
        • Qu’est ce qu’un bon site internet ?
          • Quels sont les sites qui attirent les internautes ? Moteurs de recherches et sites de presse… Parts de trafic
          • L’actualisation des sites
          • La lisibilité
          • La navigation
          • Le caractère multimédia
          • Les liens
        • Écrire pour internet
          • La loi de proximité sur le papier comme le web
          • Écrire différemment ?
          • Écrire pour google, pour être lu par le plus grand nombre. Comment obtenir un bon référencement.
          • Comment faire un titre
          • Construire son article pour internet : la pyramide inversée
          • Penser à l’archivage : mon article pourra être lu dans six mois…
          • Les rythmes d’écriture : l’alerte, le papier d’actu, la mise en ligne de la documentation.
        • Enrichir son contenu : les liens multimédias
          • Les liens vers d’autres sites ou articles
          • Photos
          • Vidéos
          • Documents
        • Utiliser les réseaux sociaux
          • Les différents réseaux sociaux : privés, professionnels, thématiques, de proximité…
          • Utiliser Facebook
          • Atelier Twitter (création d’un compte et utilisation pour renvoyer vers le contenu du journal)

3.8. Formation au Web journalisme : « stratégie digitale presse et production vidéo mobile » (3)

  1. EN INTRODUCTION : ÉVALUATION DES ATTENTES

Échange avec les participants pour évaluer les attentes et les expertises dans le but d’adapter le programme de la session au profil des participants.

  1. QUELQUES RAPPELS

La fonction du journaliste dans l’univers numérique

  • L’explosion de l’internet et ses conséquences sur l’information
    • La multiplication des sources d’information, l’instantanéité, la spontanéité, l’anarchie informative
    • Les tentatives d’organiser l’information spontanée OhmyNews, le journalisme citoyen
    • La désinformation organisée
    • De Wikileaks à Snowden les chiens de garde de l’info
    • Les sites professionnels d’information, la place des journalistes
  • Menaces sur le journalisme professionnel
    • La difficulté de monétiser l’information et son traitement professionnel
    • Le mélange des genres commerce/information
    • Les pressions sur les journalistes à travers le monde
  • La nouvelle donne journalistique
    • Le nouveau temps de l’information et les rythmes journalistiques
    • Informer de façon interactive
    • Donner de la place aux collaborations non professionnelles
    • Quelle valeur ajoutée
  1. CONCURRENCES ET COMPLÉMENTARITÉS
  • Papier vs Web, Web vs Papier, ou Papier + Web ?
    • Des rythmes d’information différents
    • Des rythmes de lecture différents
    • Des modes de traitement différents
    • Des ouvertures documentaires différentes
  • Quelle télévision sur internet ?
    • Internet peut-il remplacer le broadcast ?
    • Des formats différents pour des rythmes et des situations de consommation différents
    • Des exigences techniques différentes
    • Une accélération de la convergence. Très haut débit internet et télévision interactive connectée
  1. ZOOM SUR LES PUBLICS
  • Temps de lecture papier/internet
  • Heures de consommation du journal papier, de la télévision, de l’internet
  • Le paradoxe internet : des milliards d’informations plus ou moins crédibles, un mélange d’informations et de propagande, mais une infinité de moyens de vérification recoupement.
  • Le public est de plus en plus pressé
    • Lecture en F
    • Zapping
  • Le public est de plus en plus exigeant :
    • Réactivité : pas d’infos réchauffées
    • Originalité : ne pas relire sur papier ce qu’on a déjà entendu à la télé ou lu sur internet.
    • Sélectivité : je lis ce qui me plait où cela me plait.
    • Fiabilité : si un canal d’information est pris en défaut, je passe à un autre
    • Interactivité : j’ai moi aussi mon mot à dire, je critique, je commente, je débats, et mon avis doit compter.
  1. LES FONDAMENTAUX D’INTERNET

Qu’est ce qu’un bon site internet ?

  • Quels sont les sites qui attirent les internautes ? Moteurs de recherches et sites de presse… Parts de trafic
  • L’actualisation des sites
  • La lisibilité
  • La navigation
  • Le caractère multimédia
  • Les liens

Les spécificités de l’écriture

  • La loi de proximité sur le papier comme le web
  • Ecrire différemment ?
  • Ecrire pour google, pour être lu par le plus grand nombre. Comment obtenir un bon référencement.
  • Comment faire un titre
  • Construire son article pour internet : la pyramide inversée
  • Penser à l’archivage : mon article pourra être lu dans six mois…
  • Les rythmes d’écriture : L’alerte, le papier d’actu, la mise en ligne de la documentation.
  1. LA COMMUNICATION DIGITALE ET L’ANIMATION DES RÉSEAUX SOCIAUX
  • Pourquoi définir une stratégie digitale (site internet, mobile, réseaux sociaux, etc.) ?
  • Choix des réseaux sociaux en fonction de la stratégie éditoriale du titre de presse et des communautés visées (Facebook, Instagram, twitter, YouTube, etc.),
  • Utiliser le mix media pour développer votre audience
  • Définir les modes d’écriture en fonction des médias sociaux
  • Initier une ligne éditoriale novatrice ou dans en complément du contrat de lecture existant.
  1. COMMENT CRÉER ET DÉPLOYER DE LA VIDEO SUR LES RESEAUX SOCIAUX
  • Tour d’horizon des solutions de production VIDEO depuis un smartphone
  • Les pré-requis technique (ergonomie, hébergeur vidéo, direct sur la plateforme, outil de gestion éditorial, etc.),
  • Les moyens techniques nécessaires à la production (accessoires de prise de vue et de son pour smartphone, logiciel de montage, synthé, etc.),
  • Gestion des droits de tournages, des droits musicaux, des droits d’auteurs, etc.
  • Utiliser le mix media pour teaser pour annoncer et/ou relayer une information
  • Développer sa communauté en commentant l’actualité à partir d’articles anciens
  1. « COACHING » PEDAGOGIQUE
  • Acquérir les bases du cadrage, de la lumière et de la prise de son.
  • Apprendre à scénariser une histoire : découpage en plans, écriture.
  • Maîtriser votre smartphone et choisir les accessoires indispensables.
  • Monter rapidement vos images avec un outil en ligne.
  • Acquérir les bonnes pratiques et méthodes (boite à outils) grâce à des mises en situations diverses et ludiques.
  • Filmer des séquences vidéo en reportage, réaliser un montage simple sur Android et iPhone pour les mettre en ligne.
  • Connaître les accessoires qui permettent d’accroître les capacités du smartphone.
  • Gérer la plupart des réglages de votre Android et iPhone, notamment ceux qui permettent d’économiser la batterie
  • Comment communiquer sur les réseaux sociaux
  1. LE BILAN ET L’ÉVALUATION DE LA SESSION
  • Rappel des points clés,
  • Contrôle des différentes phases du projet,
  • Évaluation de la session par les participants,
  • Remise des certificats de formation.

 

image_pdfimage_print